Sagesse Nue

 Qu’est-ce que la nudité ?

La nudité n’a rien à voir avec la sexualité. La nudité n’a même rien à voir avec la vulgarité. La photographie d’une femme toute habillée peut être très vulgaire, comme la photographie d’une femme nue peut être très subtile. La vulgarité ne dépend pas de comment on est, mais de ce qu’on fait. De même, en paroles, la vulgarité ne dépend pas de la voix, mais de ce que l’on dit. Dire que la nudité est vulgaire parce qu’elle peut exposer des comportements potentiellement choquants, c’est dire que la voix est vulgaire parce qu’elle peut dire des insanités ! La vérité, c’est que la voix, comme le corps, ne sont que les instruments d’une intention. Si l’intention est pure et belle, le résultat sera à cette mesure, même si la voix est rêche, même si le corps est imparfait… Peu importe les critiques ou les incompréhensions ; dans la vie, si on fait sincèrement de son mieux, c’est juste parfait.

Dans l’Antiquité grecque, la nudité était considérée comme des plus naturelles. Les femmes, les hommes, les enfants et même les dieux pouvaient être nus, être représentés nus, s’exprimer en public nus. A cette époque, ce qui était vulgaire, c’était de ne pas savoir parfaitement maîtriser ses pulsions en public : pour le prouver, si vous vous faisiez sculpter une statue à votre image, elle devait avoir un tout petit sexe. Une des pires insultes était de dire à un homme qu’il en avait un gros. Il était en effet évident pour eux qu’un homme intelligent et civilisé avait une sexualité subtile, féminine, axée sur les caresses, les massages, les étreintes douces et sensibles. L’acte sexuel débridé était pour les barbares et les rustres ignorants. Pour eux, assimiler la nudité à la sexualité aurait été une image pire encore, le signe d’une culture profondément déchue, pervertie, entraînée par les petits dieux dépravés !
En beaucoup de choses, les meilleures des réponses viennent en prenant du recul.

Reculez de trois mille ans, et la pensée grecque vous montrera à quel point il est stupide de vouloir à ce point associer le nu au sexe !

La nudité, c’est l’innocence, la spontanéité, la connexion avec la nature, l’osmose avec la vie… La fée est nue pour toutes ces raisons à la fois. Avoir peur de la nudité n’est rien d’autre qu’avoir peur de son état naturel. Associer la nudité à la sexualité n’est rien d’autre que faire le jeu de cette hypersexualisation de la société, laquelle ne nous mène pas à exprimer le plus subtil de nous-mêmes…

Il ne viendrait à l’esprit de personne de critiquer une personne qui veut s’habiller. C’est son choix, sa sensibilité, sa manière de se sentir à l’aise… C’est sa vie ! Si on est gêné par ce que cette personne paraît, il suffit de détourner les yeux. La personne n’est pas responsable de notre blocage, elle ne souhaite pas nous agresser, seulement être elle-même. Alors, pourquoi tant de reproches à l’égard de celui qui aime et préfère ne pas s’habiller en certaines circonstances ?

Pour ma part, en travaillant avec une modèle nue, j’ai souvent ressenti comme un honneur à être avec elle, source d’un profond respect, d’un sentiment de sacré. C’est quelque chose de parfois assez prodigieux, comme si l’habit était un volet fermé sur une lumière et que, par la nudité, c’est une étoile dont on ressent la présence. Il me paraît inconcevable de vouloir réduire ces sentiments si beaux et si subtils avec des pensées d’ordre sexuel. Bien sûr, la présence de la Nature aide beaucoup en ce sens, elle permet de replacer spontanément la nudité dans son contexte le plus subtil…